La cabane est un lieu familier que l’on érige pour se protéger d’une nature inhospitalière.
Ce contraste entre domesticité et fortification est à l’essence de notre réflexion. Poussé à l’extrême il donne naissance à un lieu offrant l’intimité d’un boudoir et la protection d’un fort.
Construit par un appareillage de blocs comme les remparts du fort de Tamié, notre cabane s’apparente à l’extérieur à un monolithe flottant au-dessus de la basse végétation.
Les caissons préfabriqués de modénatures variables qui constitue la cabane sont traités sur leurs faces extérieures selon la technique ancestrale du bois brulé Shou-sugi-ban et confère au volume sa présence austère et énigmatique sur le promontoire.

Difficile à pénétrer, le fort offre finalement un intérieur inattendu.
L’épaisseur inégale des éléments préfabriqués génère un espace topologique à l’agencement archaïque, une caverne de bois intime que chacun peut s’approprier comme il l’entend.

L’appareillage se vide vers le fond de la cabane, la caverne s’ouvre sur la vallée et invite à contempler la vue généreuse qui s’étend sur plusieurs kilomètres.
Comme par accident, quelques discrètes meurtrières se dégagent dans le calepinage des caissons et permettent de scruter les environs sans être vus.
Plutôt qu’un belvédère ouvert soulignant la vue, notre donjon troglodyte pousse à se retourner vers l’imaginaire de l’enfance et la poésie d’un ermitage temporaire dans la nature.

À première vue, il devient clair que ce n'est pas seulement une hutte, mais quelque chose de plus, quelque chose de mystérieux entre vous et la nature.
Comme des ruisseaux de bois figés autour de vous, le temps et les histoires s’arrêtent, formant un instant dynamique et inébranlable.
Dans cet endroit confortable, vous pouvez oublier tout ce qui vous entoure, vous distraire de la circulation des voitures qui vous entourent chaque jour, des gens et des devoirs, vous pouvez vous sentir qui vous êtes vraiment.

Situé entre deux bosquets d’arbres à quelques pas de l’écluse de la Chaise, le WoodStock prend la forme d’un tas de bois comme il y en a tant tout au long du chemin. Derrière cette apparence brute se cache une structure en portiques qui s’ouvre vers la rivière. Ce choix technique permet de dessiner le négatif d’une cabane d’enfant à l’intérieur du tas de bois. Lorsqu’on circule à travers celle-ci, la rivière se dessine petit à petit grâce aux différentes ouvertures qui laissent transparaitre les sens. Le son de l’eau pénètre la cabane à travers une fenêtre basse, puis le sol se laisse sentir par l’absence de plancher et enfin, la rivière devient visible depuis les plus larges ouvertures. Du côté de la rivière, la façade est plus douce, dépourvue d’une partie du bois de chauffage qui a laissé sa place à un banc. Le WoodStock est donc une transition douce entre le chemin fréquenté et le calme de la rivière.

"Notre groupe a marché plusieurs semaines avant de tomber sur cet endroit et décider de s'y installer. Notre campement a été monté rapidement, avec les matériaux que nous avons pu ramasser sur notre chemin, ou trouver à proximité. Nous ne savons pas si nous resterons longtemps ici, mais nous sommes à présent face au paysage à l'abri du vent, à l'abri de la pluie..."

Une signature étrange et païenne dans le paysage, des matériaux bruts, une mise en œuvre aux méthodes archaïques, témoin d'une urgence certaine, interrogent le visiteur sur la temporalité
du projet: ces cabanes sont-elles d'hier, d'aujourd'hui ou de demain?

Nous avons dessiné cette cabane pour comprendre la forêt environnant notre cabane.

D'abord, nous commençons à nous demander ce «qui est normalement nécessaire pour une cabane.» Dans la cabane, il y a une entrée, un toit, un mur ... et peut-être des fenêtres pour regarder dehors et une table, des chaises pour se reposer ...

Nous désassemblons tous ces éléments et les réassemblons pour composer une cabane. Toutes ces boîtes dans la boite de notre cabane.

Si vous marchez dans la cabane par la boîte verticale, vous vous sentirez comme si vous étiez dans la forêt bien que vous êtes séparé de l'environnement par les murs. Mais quand vous regardez en l’air assis sur le cube ou que vous regardez par les fenêtres, vous sentirez que la cabane fait partie de la forêt.

Si vous vous asseyez sur la boîte horizontale, vous apercevez un encadré des arbres. Si vous rampez par cette boîte, ça vous rappellera l'expérience quand vous avez jouée avec le sable et que vous étiez enfant. Si vous êtes assis dans la grande fenêtre avec votre précieuse personne, la fenêtre encadrera votre beauté dans la nature.

NOS PARTENAIRES

Communauté de Communes des Sources du Lac d'Annecy   la soierie Office de tourisme des Sources du lac d'Annecy Département de la Haute-Savoie   Région Auvergne-Rhône-Alpes   Pays du lac d'Aiguebelette   Ministère de la culture   France Bleu - Pays de Savoie